Bagues solitaires



Traditionnellement, les bagues solitaires s'offrent aux jeunes femmes en guise de demande en mariage, à l'occasion des fiançailles. Paradoxalement, donc, le solitaire annonce l'union... Toutefois, en dépit de cette tradition bien ancrée, rien n'interdit d'offrir ou de porter des bagues solitaires en d'autres occasions.


Bagues solitaires : une seule pierre par bague

  • L'origine du nom des bagues solitaires semble logique : ces bagues sont toujours ornées d'un unique diamant, qui est donc solitaire. Pourtant, les spécialistes ne semblent pas tout à fait d'accord avec cette définition. Pour les tailleurs de diamant en effet, le solitaire est une méthode de taille : les bagues solitaires pourraient donc parfaitement arborer plusieurs diamants sans être pour autant déchu de leur nom ! 

 

  • Lorsqu'elles scellent une promesse de mariage, les bagues solitaires se doivent d'être précieuses. Leur grande valeur atteste de la bonne foi et de la sincérité des futurs époux. Symboliquement, plus le diamant et l'or sont purs, et plus l'engagement est solide. Autrefois, la dépense revenait au promis, qui devait donc ajuster les exigences du symbole aux possibilités de sa bourse ! Aujourd'hui, les bagues solitaires sont généralement payées par les deux fiancés, qui se partagent la dépense, et en profitent pour choisir le modèle qui leur plaît le plus.

 

  • Afin de s'adapter aux fiancés les plus riches comme aux plus modestes, les bagues solitaires sont déclinées dans différents métaux : argent, or ou platine (en allant du moins cher au plus coûteux). L'argent est toutefois fortement déconseillé, car ce n'est pas un métal noble : avec le temps, il s'oxyde, se raye et se ternit... Par ailleurs, la taille du diamant peut être revue à la baisse pour les budgets les plus serrés. En revanche, mieux vaut éviter les bagues solitaires surmontées de zircon, car ces pierres risquent de perdre leur brillant très rapidement.